fond-0

 
 

Immersion marine

à l'Aquarium de La Rochelle

L'aquarium de La Rochelle ? C'est le résultat d'une passion dévorante, d'une sacrée histoire de famille : celle de René Coutant !...

Cet horticulteur à la base se lance au début des années 60 dans la construction d'aquariums, artisanaux d'abord, puis industriels ensuite. Une salle de son usine abrite plusieurs bacs d'eau de mer à circuit fermé, ouverte gratuitement au public.

Cela débouche sur la construction du premier aquarium sur une surface de 250 m². Il cède en 1965 la direction de ses activités à ses enfants, qui ouvriront en 1988 (le 1er avril... il y a 21 ans) le plus grand aqurium de France : 1600 m², 550 000 litres d'eau de mer.

Face au succès rencontré (plus de 7 millions de visiteurs), un nouvel aquarium, l'actuel, est ouvert en décembre 2000, à proximité du centre ville de La Rochelle, sur le bassin des Grands Yachts...

Cet espace est destiné à magnifier le monde sous-marin, souvent mystérieux et fantastique, de l'être microscopique aux plus grands prédateurs.

L'aménagement intérieur a été particulièrement bien étudié, et fait véritablement plonger le visiteur au fond des mers et des océans de notre planète bleue...

Aquariums de toutes tailles (dont la vaste fosse à requins que l'on retrouve à maintes reprises au cours de la visite), ambiances sonores, éclairages particulièrement soignés, espaces de repos et d'observation.

En outre, tout au long du trajet, des zones davantage liées à la connaissance ont été intégrées : journaux, maquettes, panneaux informatifs, bornes interactives,...

A la fin de la visite (non, non, ne vous inquiétez pas... ce n'est pas encore fini... on va la faire !), une terrasse (indépendante de l'aquarium lui-même) abrite un café et un petit restaurant bien sympathiques.

En effet, la vue y est absolument magnifique...

Sur la serre tropicale tout d'abord, qui conclut la visite et occupe les 2 étages du bâtiment à l'instar de la fosse aux requins.

Mais aussi et surtout sur La Rochelle, et ses monuments phares : le vieux port, la tour de la Lanterne (ou des quatre sergents), la tour de la Chaîne et la tour Saint-Nicolas... Éléments mythiques de La Rochelle qui s'offrent en bloc à la vue à travers les mâts des voiliers.

Chose promise, chose due... Nous allons entamer la visite ! Je serai malheureusement incapable de citer le nom de tous les poissons ou espèces présentés (il y en a plus de 10 000 !...) : je n'ai eu le temps ni de les noter, ni d'essayer de tous les identifier...

Dès l'entrée, on est tout de suite mis dans l'ambiance : c'est à l'intérieur d'un sous-marin que l'on va partir à la découverte des fonds maritimes et océaniques du globe...

Puis c'est à l'intérieur un véritable tunnel entièrement entouré d'eau de mer avec vision à 360° que l'on prend contact avec les méduses, ces êtres redoutés mais de toute beauté qui vivent sur terre depuis 400 millions d'années.

Les bassins sont regroupés en espaces, soit par thèmes, soit par zones géographiques. Après s'être immergé dans le tunnel des méduses, nous déparquons dans le secteur Atlantique, celui qui baigne La Rochelle...

Certains aquariums regroupent les espèces vivant dans l'estran, cette partie du littoral située entre les niveaux des basses et des hautes mers, immergé par cycles selon le balancement des marées et les périodes de l'année.

Un des bassins fait bien évidemment référence au travail de l'homme, avec la conchyliculture, le bassin de Marennes-Oléron n'étant pas si loin...

Ensuite, on va s'éloigner de la côte pour découvrir les espèces vivant plus au large : banc de sardines, discrètes crevettes , seiches, soles et raies en tenue de camouflage, turbots, daurades, hippocampes,...

Après l'Atlantique, qui détient -noblesse oblige- le plus grand nombre d'aquariums dédiés à sa cause, nous restons au sud de la France pour pénétrer l'espace de la Méditerranée.

Le décor a été particulièrement soigné (ici comme ailleurs), avec notamment la reproduction des trous de rochers dans les calanques. Il ne manque que "l'acent" !...

Autant d'abris qui recèlent poulpes, cigales (de mer...), murènes, spirographes, pieuvres, rascasses, et plein d'autres espèces plus confidentielles et plus étranges...

Avant de passer au pied de la fosse des requins (dont nous reparlerons), la salle Océanique propose un large aquarium dans lequel évoluent de nombreux animaux marins.

Afin de profiter au mieux du spectacle, des gradins ont été aménagés face à la vaste vitre...

Ainsi chacun peut à sa guise et à son rythme contempler l'incessant ballet très coloré proposé par ces acteurs permanents du spectacle maritime : raies, carangues et barracudas,...

Un sas original permet la poursuite de la visite : au-dessus de nos têtes une vague ne cesse d'aller et venir, dans un ressac permanant, merveilleusement mise en valeur par l'éclairage.

En changeant d'étage, on change aussi de continent : à nous les Caraïbes !

Chatoiement de couleurs, gorgones, murènes, balistes, poissons chirurgiens,... Seuls les palmiers manquent à l'appel.

Appel du large ? Envie de vastes étendues de sable blanc ? Alors, c'est le lagon qu'il vous faut !

Ce paradis aquatique bercé par les alizés et le clapotis de la vague...

Barrière de corail reconstituée... Crique secrète aux eaux turquoises... Coraux... Anémones...

Une musique douce vous invite au repos et à l'observation. mais attention : il est interdit de se baigner, et le cocktail "blue lagoon" n'est pas compris dans la visite !!!

En rejoignant l'espace Indo-Pacifique, on change de salle mais on ne quitte pas pour autant l'ambiance lagon...

Nous sommes au coeur des paysages coraliens, à proximité de la grande-barrière, au coeur des récifs : oursins diadèmes, holothuries, demoiselles bleues, poissons-papillons, mandarins ou girelles,...

Les poissons clowns vivent en association avec les anémones de mer : ils sont la seule espèce à pouvoir vivre au contact de leurs tentacules venimeux.

Les rascasses volantes chassent la nuit à l'affût ; leur épine dorsale (qu'elles peuvent hérisser à tout moment) est venimeuse.

Un petit recoin dans le noir : nous atteignons la salle obscure, qui permet de découvrir le phénomène de la bioluminescence grâce aux coraux qui sont éclairés à la lumière ultraviolette.

A proximité, un nouvel aquarium est destiné à la reproduction du corail : des boutures y ont été installées et suivies "à la loupe"... Le corail est composé d’animaux, les polypes, qui vivent en colonie.

J'en ai parlé à plusieurs reprises, nous le retrouvons enfin là : le grand bassin des requins ! Immense, il mesure toute la hauteur du bâtiment (on le rencontre donc dans le parcours au différents niveaux), et contient la bagatelle d'un million et demi de litres d'eau de mer...

Plusieurs espèces y cohabitent : requin taureau ou à pointe noire, mérous, poisson-scie,...

A proximité, une tortue-caroline côtoie des murènes léopard, un napoléon, des poissons-lait,...

La visite se termine par la serre tropicale (450 m² ), qui fait elle aussi toute la hauteur du bâtiment.

Orchidées, fougères arborescentes, jasmin palmiers, cascade, bassin aux piranhas, et tortues de Floride en liberté sur les ponts de liane...(L'aquarium comprend également une section "hôpital" pour les tortues marines, non accessible au public).




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement