fond-0

 
 

Pays du Ventoux 

Que ce soit dans les brumes matinales d'un petit matin automnal ou au plus fort du soleil provençal, le Mont Ventoux est visible de loin, et telle une vigie domine le département du Vaucluse.

Nous allons partir à la découverte de ses environs avant de grimper vers son sommet : villages ensoleillés au pied de ses versants, Gorges de la Nesque, Monts de Vaucluse, Vallée du Toulourenc...

A l'est de Carpentras, capitale du Comtat Venaissain, la ville de Mazan (5445 habitants) sera le point de départ de cette boucle. Sur les bords de l'Auzon, on peut pénétrer dans la vieille ville par les portes vestiges des remparts du XIIème siècle. Dominant le village, le cimetière est bordé par une soixantaine de sarcophages de pierre des VIème et VIIème siècles. Trouvés dans les champs au XVIIIème s., on sait qu'autrefois ils jalonnaient la voie antique Carpentras-Mormoiron...

En prenant un peu de hauteur, on domine quelques terrasses de vignes incrustées au milieu des pinèdes. Toute la zone allant de Vaison la Romaine à Apt appartient au vignoble des "Côtes du Ventoux". Les vins produits sur ces sédiments tertiaires sont essentiellement des rouges et des rosés. Le climat, plus froid que celui des Côtes du Rhône, entraîne une maturité plus tardive. La production annuelle se chiffre à plus de 310 000 hectolitres...

Blauvac :

En abandonnant momentanément la vallée de l'Auzon pour vagabonder sereinement au milieu des vignobles et des pinèdes, on atteint le village perché de Blauvac (342 habitants) offrant un magnifique panorama sur la plaine environnante. On est accueilli sur sa petite place située en balcon au-dessus des vignes, égayée par le glougloutement de la fontaine. Quelques pas dans le village permettent de découvrir les murs du château restauré et ses tours rondes, originaire du XIIIème s, et reconstruit en 1552...

Les Gorges de la Nesque :

De retour sur l'axe principal on traverse le village provençal typique de Villes sur Auzon (1043 habitants) qui dresse ses maisons aux façades ocres au milieu de la plaine viticole. Il constitue le point de départ de l'itinéraire parcourant les Gorges de la Nesque. Dès les premiers lacets la route "touristique" s'élève progressivement et se faufile au milieu d'une végétation méditerranéenne. Au départ, la chaussée est bordée d'originales haies de chênes verts taillés et de jeunes cèdres qui lui donnent un cachet bien particulier...

Les Gorges de la Nesque :

Pendant quelques kilomètres la route se glisse au milieu d'un écran de végétation qui nous prive de vues sur la gorge elle-même. Arrivé en surplomb de la partie la plus profonde (400 mètres environ), de jolis panoramas se dégagent de tunnels en virages, avec souvent la masse du Ventoux se détachant en toile de fond. En se rapprochant de la sortie amont du canyon, le belvédère du Castellas fait face au spectaculaire Rocher du Cire (872 m) où Mistral allait collecter à grands risques des rayons gorgés de miel dans les anfractuosités des falaises abritant des rûchers sauvages...

 

Monieux :

Au débouché des Gorges de la Nesque, le regard est attiré par la présence d'un donjon (qui appartenait autrefois à un réseau de surveillance du plateau) dominant le village de Monieux (250 habitants) qui s'étage sur le flanc de la falaise qui le surplombe. Très liée à l'occupation très ancienne des gorges (pré-néandertalien), la localité a traversé toutes les périodes de l'histoire ; le bourg actuel est essentiellement composé de maisons des XVIIème et XVIIIème siècles regroupées autour de pittoresques ruelles...

Sault :

Après Monieux, la vallée s'élargit et nous atteignons un vaste plateau portant le nom de sa principale localité, Sault (1190 habitants - 776 m d'altitude). Le village, perché sur un éperon rocheux allongé, est au coeur d'une région excentrée du département du Vaucluse mais très dynamique sur les plans agricoles et touristiques. Sa richesse paysagère lui permet d'appartenir aux 6 sites français protégés par l'UNESCO au titre du patrimoine mondial et laballisé par le ministère français de l'environnement...

Plateau de Sault :

Le vaste Plateau de Sault qui s'étend au pied et autour du village est riche de multiples productions locales reconnues : agneau, miel, petit épeautre, amandes, fromages de chèvre, plantes aromatiques,... Mais la première spécificité de ce secteur des Monts du Vaucluse est la lavande ! En juillet, une multitude de champs colorent le paysage et embaument l'air. Sault constitue une étape importante sur la Route de la Lavande, et organise chaque année autour du 15 aôut de grandes festivités liées à ce produit d'exception et à ses multiples déclinaisons...

Le Nougat de Sault :

L'autre spécialité phare du village est le nougat, qui obtient ses lettres de noblesse chez l'un des fabricants locaux, la Maison Boyer, fondée en 1887 et actuellement dirigée par la quatrième génération. C'est la présence sur place de délicieux miels de lavande et d'amandes qui a favorisé le développement de cette confiserie. Blanc onctueux ou noir caramélisé, le nougat (fabriqué artisanalement sur place) est proposé sous différentes formes et voisine d'autres confiseries : macarons, calissons, galettes, amandes enrobées ou guimauves à l'ancienne...


 

Le Plateau d'Albion :

A l'est de Sault, en direction des Alpes de Haute-Provence, s'étend le plateau calcaire d'Albion, haut fief de la spéléologie. Au-dessous des champs de lavande, de nombreux avens (gouffres) percent le sous-sol et l'eau qui s'infiltre dans ce secteur karstique alimente la résurgence de Fontaine de Vaucluse.

Dans les années 60, Albion a connu la gloire tout en devenant l'un des endroits les plus secrets et les plus surveillés de l'hexagone. C'est en effet sur ces vastes espaces qu'a été aménagée la base de la Force Aérienne Stratégique et d'implantation des missiles Sol Sol Balistiques Stratégiques, couvrant une superficie de 800 kilomètres-carrés. Le 26 février 1998 la dernière tête nucléaire a quitté la Plateau d'Albion...

Aurel :

En repartant au nord de Sault, pour contourner le massif du Mont-Ventoux, on accède au charmant village d'Aurel (558 habitants) émergeant au-dessus des lavandes dans un cadre montagneux et sauvage où la Nesque prend sa source. Les maisons anciennes aux pierres apparentes sont blotties les unes contre les autres, et les ruelles caladées du bourg convergent vers l'église romane massive qui s'appuie sur les anciens remparts dominés par une tour qui a survécu, le tout datant du XIIème siècle...

Montbrun les Bains :

En continuant toujours vers le nord, nous faisons une incursion dans le département de la Drôme, en atteignant la station thermale de Montbrun les Bains (428 habitants), appartenant aux "plus beaux villages de France". Nous nous trouvons entre Baronnies, Montagne de Lure et Ventoux, dans cette "terre" où vécut Jean Giono. Les murs en ruines du château renaissance dominent de très hautes maisons anciennes (pouvant atteindre sept niveaux) soutenues par des contreforts et des arcades s'appuyant sur le roc...

A suivre "Pays du Ventoux - 2"...

 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement