fond-0

 

BALADE au LAC de l'OULE

 C'est à une petite randonnée incontournable de la vallée d'Aure à laquelle je vous invite aujourd'hui, courte certes, mais conduisant à un cadre magnifique : le lac de l'Oule ! On l'aperçoit ici photographié de plus haut, lors d'une autre balade que je proposerai ultérieurement...

Pour accéder au départ, depuis le village de Fabian, il faut remonter une petite route en cul-de-sac qui conduit au barrage de Cap de Long. C'est d'ailleurs pour la construction de ce dernier qu'elle a été spécifiquement aménagée, entre 1947 et 1949. Au fond, le massif du Néouvielle (3092 m)...

La rando débute au lieu-dit Artigusse, en amont duquel un grand parking vient d'être aménagé. Il faut dire que par le passé, en saison, les véhicules stationnaient plus ou moins anarchiquement sur les bas-côtés de la route, ce qui n'allait pas sans inconvénients...

C'est par une piste particulièrement pittoresque que s'amorce la balade : elle a été taillée à la fin du XIXème siècle à flanc de falaise, et s'élève régulièrement au-dessus de la vallée de la Neste de Couplan dont les versants sont couverts de superbes sapinières...

> 4 

On prend rapidement de l'altitude, et ce magnifique parcours en corniche dégage de belles vues sur le fond de la vallée : c'est ainsi que l'on peut apercevoir, entre deux pins sylvestres, les lacets de la route, le torrent, les cabanes de berger, les pelouses parfois traversées par quelque isard...

Après demi-heure environ de montée, ce superbe chemin va abandonner sa position en balcon au-dessus de la vallée. Alors, avant de changer de panorama, un dernier coup d'oeil au Pic de Bugatet (2807 m) et au Sarrat de Baranette (2715 m)...

Le parcours pénètre maintenant en forêt, et, grâce à une dizaine de lacets, grimpe dans la Pinède de Lude. Outre les promeneurs, cette piste est utilisée ponctuellement par les véhicules d'entretien du barrage et les gardiens du refuge...

A propos de barrage, le voici justement qui apparaît dans une ouverture du rideau forestier. Si les rayons du soleil ont commencé à éclairer la digue, il n'en est pas de même du refuge et des bâtiments techniques qui restent encore dans l'ombre de la Crête de Pène Oussadet...

La piste traverse fréquemment de grands secteurs d'éboulis, qui tapissent le versant oriental du Cap d'Estoudou (2296 m). L'austérité de cet univers de blocs de granit est quelque peu cassée par le vert intense de la végétation (rhododendrons, pins sylvestres et pins à crochets), et le bleu azur du ciel...

Après une petite heure de montée, le voici enfin ce magnifique Lac de l'Oule, inséré dans son superbe écrin de montagnes : Pic Plat (à gauche : 2559 m), Pic des Quatre Termes (au fond : 2724 m), Pic de Bastan (à droite : 2715 m)...

Un très agréable chemin horizontal permet d'effectuer le tour du lac, en le surplombant en permanence. Depuis la rive droite, baignée par le soleil matinal, les pins sylvestres se découpant sur la surface de l'eau donnent au cadre des allures de calanques méditerranéennes...

Pourtant, nous sommes bien à plus de 1820 mètres d'altitude, et les grandes gentianes jaunes en fin de floraison sont là pour nous le rappeler. Nous longeons la Réserve Naturelle du Néouvielle, la première créée en France en 1936, tant pour son intérêt biologique et ses richesses naturelles que par la qualité et la beauté de ses sites...

Ce merveilleux cadre bucolique est un véritable jardin d'altitude, proposant tout au long du parcours une grande variété de fleurs dont les différents coloris viennent ponctuer les pelouses : rhododendron, aconit, chardon bleu, joubarbe, digitale, etc...

En cours de trajet nous rencontrons une vieille et robuste cabane de berger, cernée d'orties, qui illustre l'ancienneté et la permanence du pastoralisme dans ce secteur : murs en solides blocs de granit, toit recouvert de terre et d'herbe...

Nous voici parvenu à l'extrémité du lac de l'Oule, qui reçoit ici son principal apport en eau, par l'intermédiaire des torrents dévalant des hauts vallons lacustres d'Estibère ou de Bastan. Nous nous rendrons prochainement dans ce dernier pour une autre très belle balade...

> 16 

En amorçant le retour par la rive gauche, nous avons une vue d'ensemble du lac, et devinons sur la gauche les estives qui accueillent l'hiver les pistes de ski de la station de Saint-Lary-Soulan, secteur d'Espiaube. Les vaches profitent elles aussi à leur façon de ce cadre extraordinaire !...

L'eau de la retenue est utilisée pour la production d'électricité, ce qui explique les baisses de niveau successives du lac dont les berges abruptes et dénudées conservent la trace, comme autant de courbes de niveau naturelles et éphémères...

La digue du barrage approche, et marque une véritable cassure avec la vallée de Couplan qu'elle domine. C'est en 1886 qu'elle a été construite, l'électricité produite ayant servi à l'époque à l'aménagement de la première voie de chemin de fer électrifiée de France (Lannemezan - Arreau)...

 

Voilà... Nous nous trouvons au niveau du barrage, et nous pouvons côtoyer sur notre gauche les multiples ressauts de la magnifique cascade du ruisseau des Merlans, située à côté du très agréable refuge de l'Oule dont la terrasse nous tend les bras...

> 20 

Le chemin du retour se fait par l'itinéraire de montée, et sur la piste en corniche nous avons en permanence en ligne de mire le sommet du Néouvielle ("vieille neige" en patois pyrénéen), 3092 m d'altitude, qui a donné son nom à cette réserve naturelle dans laquelle je vous conduirai à nouveau...




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement