fond-0

 
 

En remontant les GORGES du TARN

Les Gorges du Tarn :

Le Tarn, né au Mont Lozère à 1575 m d'altitude, est au départ un torrent impétueux qui creuse son lit dans le granit et les schistes des Cévennes. Passé Florac, il pénètre dans la zone calcaire des Causses, et là, il s'en donne à "coeur joie"...

Ses eaux vont creuser un profond canyon long d'une soixantaine de kilomètres. Elles coulent au pied de falaises hautes de 400 à 500 m, dont l'écartement entre elles varie de 1000 à 1500 m. Pour parcourir les gorges : une route sur la rive droite, un sentier pédestre rive gauche, ou sur l'eau !

Photo : le Tarn entre le méandre de St Chély et le cirque de Pougnadoires.

Le Rozier :C'est au village du Rozier, situé au confluent du Tarn et de La Jonte (dont les Gorges méritent également le détour), que commence vraiment le canyon ; c'est aussi l'endroit où de nombreux kayakistes terminent leur parcours aquatique.

Le village, implanté au pied des escarpements de trois grands Causses (Sauveterre, Noir et Méjean), est dominé par le rocher caractéristique de Capluc, qui constitue la proue d'une impressionnante barre rocheuses riche en curiosités naturelles (rocher de Cinglegros, Arcs de St Pierre,...).

Le canyon, nord-sud :Entre Le Rozier et Les Vignes, le canyon constitue un couloir grandiose, régulier, pratiquement rectiligne, cerné de falaises très découpées, abritant une grande variété de rochers aux formes capricieuses accessibles par des sentiers très aériens.

Cette zone, née de sédiments déposés à l'aube des temps au fond de la mer originelle, a été maintes fois soulevée, bouleversée, fracturée, avant de subir le travail opiniâtre et continu de l'érosion...

Les Vignes :

La vallée, orientée nord-sud depuis Le Rozier, est encore relativement large et bénéficie d'un ensoleillement important, facilitant le développement des cultures.

Le village des Vignes, qui compte moins de 100 habitants, était autrefois peuplé de vignerons dont les ceps partaient à l'assaut des versants... Comme le fait actuellement la petite route en lacets conduisant au Point Sublime !

Le Pas de Soucy :

Le Roc de la Sourde domine le Pas de Soucy, encombré par un chaos de rochers détachés des parois, sous lequel la rivière disparaît sur une centaine de mètres.

Cet amas rocheux résulte de deux effondrements (en patois local, effondrement = soussitch), dont le plus récent serait dû à un tremblement de terre qui a secoué le secteur en l'année 580. Bien évidemment un tel endroit a droit à sa légende, Ste Énimie appelant les roches à sa rescousse pour anéantir le diable...

Le Point Sublime :

Chaque gorge possède en général son Point Sublime, et celles du Tarn ne dérogent pas à la règle. Il faut dire que le point de vue vaut vraiment le détour ! On y accède par une petite route sinueuse d'une douzaine de km qui grimpe depuis Les Vignes sur le Causse de Sauveterre...

Un belvédère aménagé 400 m au-dessus de la rivière, surplombant le cirque des Baumes, dégage un superbe panorama aussi bien sur la partie du canyon que l'on vient de parcourir, que sur la partie amont de ce magnifique défilé, en direction des Détroits.

Le cirque des Baumes :

Au niveau du Point Sublime, la rivière tourne à angle droit et coule maintenant de l'est vers l'ouest. C'est un vaste demi-cercle ouvert sur près de 5 km qui contraint le Tarn à réorienter son cours : le cirque des Baumes ! Les crêtes dominant la gorge sont hérissées de rochers très découpés et d'aiguilles acérées émergeant de la cime des arbres. A mi-pente se cache l'ermitage de Saint-Hilaire dont la source était censée guérir les maladies des yeux.

Les Détroits :

Les Détroits constituent un des plus beaux endroits de la gorge, qui est ici très resserrée : le Tarn coule entre deux falaises rapprochées.

C'est depuis l'eau (en barque ou canoë) que l'on a la meilleure vue et les meilleures sensations : l'embarcation se faufile sur une eau merveilleusement claire entre des parois abruptes très colorées ; des plages de galets offrent en prime lieu de pique-nique et de baignade !...

La Malène :

Ce village s'est implanté dans un élargissement de la vallée, au croisement des routes qui descendent des Causses Méjean et de Sauveterre avec celle qui parcourt les Gorges. Éthymologiquement, La Malène signifie le "mauvais trou" ; ça veut tout dire...

Pourtant cet endroit fut de tout temps un lieu de passage, reliant plateaux et rivière. La Révolution mit le secteur à feu et à sang, et l'incendie du village laissa une trace noire indélébile sur le rocher de la Barre contre lequel s'est adossé le village !

Les Bateliers de La Malène :

De tous temps, la rivière fut le moyen de locomotion le plus utilisé par les autochtones pour se déplacer dans les gorges, et ce bien avant la construction de la route... Les bateliers de la Malène quant à eux promènent des touristes depuis le XIX° siécle...

Vous avez le choix des embarcations : la barque traditionnelle, qui n'est plus actionnée par deux longues perches mais par un moteur, ou, plus sportif, le canoë ou le kayak. Matériel et provisions embarquées dans un bidon étanche, c'est parti pour une journée tout à la fois sportive et de farniente !!!

A table !

Afin de se remettre quelque peu des efforts accomplis depuis le début du circuit, et midi approchant, je vous propose d'oublier "l'oeuf dur - sandwich" sur la grève pour nous diriger vers une des auberges traditionnelles (il y en existe encore...) du secteur.

Au menu : agneau (du Causse) à la broche et au "flambadou" (capucin)... Le cône rougi dans la braise abrite du lard qui va s'écouler sur la viande : ce jus enflammé grille la peau et parfume la chair qui va rester moelleuse... Bon appétit !!!

Hauterives :

De temps à autre, on aperçoit sur la rive opposée du Tarn de petits hameaux qui ne sont raccordés à aucun réseau routier. Ils ne sont accessibles qu'à pied par le sentier qui parcourt la rive gauche ou par barque sur le Tarn, une nacelle suspendue à un cable servant au transport du ravitaillement.

C'est le cas de Hauterives qui s'est installé sur un versant moins escarpé de la gorge, dans une zone ensoleillée. Les maisons, restaurées pour la plupart, sont des habitations caussenardes traditionnelles en pierre du pays et toit de lourdes lauzes.

La Caze :

Les hautes falaises des gorges constituent un système défensif naturel que les hommes ont utilisé de tous temps, et l'on trouve tout au long de la rivière des vestiges de fortifications.

Le castel de La Caze est un "château-résidence" datant de l'époque de la renaissance (fin XV° s). Devenu hôtellerie de luxe, il a accueilli dans ses murs aux pierres patinées des personnalités telles que Jackie Kennedy ou Albert de Monaco...

Le cirque de Pougnadoires :

De gigantesques rochers formant de hautes murailles percées de nombreuses cavités, des falaises aux teintes rougeâtres trahissant la présence de dolomie sur lesquelles vient buter la rivière contrainte à effectuer un virage à angle droit : nous voici au cirque de Pougnadoires ! Les quelques maisons du hameau ont été édifiées à l'aplomb de l'à-pic, et s'incrustent dans les anfractuosités de la roche.

Saint-Chély du Tarn :

Appartenant à la commune de Sainte-Énimie, le village de Saint-Chély du Tarn est situé sur la rive gauche de la rivière, dans un méandre, au pied des hautes falaises calcaires. Situé dans un "cul de sac", il n'est accessible en voiture que par un tunnel et un pont à une seule arche.

Ce bourg ravissant est parfaitement préservé, avec son église romane, son four à pain, ses maisons à l'architecture typique enserrées les unes dans les autres, ses petites rues caladées, ses plages de galets...

Saint-Chély du Tarn :

Sur la soixantaine de kilomètres de canyon situés entre Florac en amont et Le Rozier, aucun cours d'eau ne vient se jeter dans le Tarn, ce qui illustre parfaitement l'aridité qui règne sur les Causses qui le dominent !

Seules quarante résurgences viennent alimenter la rivière tout au long de son parcours dans les gorges, dont la plupart jaillissent des plus proches falaises. Quelques-unes ne comptent que quelques dizaines de mètres de parcours à l'air libre, telle celle qui cascade au pied de St Chély.

Sainte-Énimie :

Nous terminerons ce circuit dans les Gorges du Tarn au mythique village de Sainte-Énimie, dont les élus du milieu du XXème siècle ont compris tout ce que le tourisme pouvait apporter à leur contrée qui subissait un exode important...

Le village est construit en terrasse dans une partie resserrée du canyon, dominé par un ancien monastère. Son aspect médiéval et ses rues pavées en font un bourg pittoresque, répertorié parmi les "plus beaux villages de France".

En amont de Sainte-Énimie :

Les gorges se poursuivent jusqu'à hauteur du village d'Ispagnac, déroulant leurs impressionnantes falaises déchiquetées surplombant les eaux limpides du Tarn. Le contraste entre fond de vallée fertile et plateau des Causses aride y est toujours aussi saisissant !...

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement