fond-0

 
 

Escales sur le Canal du Midi

Relier l'Atlantique à la Méditerranée sans avoir à contourner la péninsule ibérique ! Néron, puis Charlemagne, avaient très tôt caressé cet impossible rêve... Et ce fut un modeste fermier des gabelles de Louis XIV qui réalisa ce projet pharaonique : Pierre Paul Riquet.

Commencés le 1er janvier 1667, les travaux allaient s'échelonner sur 14 années pour construire ce fabuleux canal de 240 km de long : 7 millions de m³ de terre remués, réalisation de 350 ouvrages d'art dont beaucoup furent de véritables innovations.

Malheureusement, épuisé par le combat qu'il dut mener en permanence, Riquet mourut avant que son oeuvre soit terminée (il manquait 3 km !). Il avait englouti toute sa fortune dans ce projet, et ses enfants eux-mêmes furent ruinés et contraints d'achever les travaux.

Outre la réalisation technique de cet ouvrage colossal qui épouse les courbes de niveau, le génie de Riquet résida également dans l'approvisionnement de ce canal. C'est dans des endroits reculés de la Montagne Noire qu'il alla chercher l'eau qui s'écoulerait ensuite vers l'Atlantique et vers la Méditerranée !

Grâce au canal du Midi, le transport fut sécurisé et meilleur marché. Non seulement le commerce dans le sud de la France fut révolutionné, mais il permit à notre pays d'imposer sa puissance et sa souveraineté à sa principale rivale de l'époque : l'Espagne !...

1 : Castelnaudary

Une cité marchande :

Entre Toulouse et la Méditerranée, au coeur du Lauragais, Castelnaudary (11 000 habitants - 3ème ville du département de l'Aude), a toujours constitué un pôle commercial important.

Le passage du Canal du Midi dans la ville a renforcé cette tradition marchande : à l'origine, le tracé initial ducanal passait à l'écart de la cité, mais Castelnaudary a payé à l'époque 30 000 livres pour avoir le canal dans ses murs !

Une histoire mouvementée :

Au Moyen-Age la ville fut assiégée deux fois pendant le guerre des Albigeois ; le château et le bourg furent incendiés en 1355 par le Prince Noir.

L'église St Michel fut élevée au rang de Collégiale en 1318 ; abandonnée lors des guerres de religion (clocher et charpente en ruine), elle fut restaurée aux XVIIIème et XIXème siècles.

Le Grand Bassin :

Le Grand Bassin est un plan d'eau implanté sur le Canal du Midi ; il a été creusé au pied des murs de la ville, dans un vallon auparavant occupé par des jardins et des vignes. Ce bassin, le seul de cette importance entre Toulouse et la mer, présente une superficie de 7 hectares et mesure près de 2 km de pourtour.

Il constitue une réserve d'eau pour les écluses de St Roch situées en contrebas. Le Grand Bassin est devenu de nos jours un pôle important de la navigation de plaisance sur le Canal du Midi.

Le canal pénètre dans le Grand Bassin en se glissant sous le Vieux-Pont, qui en marque l'entrée. Cet ouvrage caractéristique en dos d'âne est contemporain à la construction du canal.

A son extrémité ouest, l'île de de la Cybèle constitue un coupe-vent pour le protéger le bassin de la houle (autrefois, sur le chemin de halage, des chevaux emportés par le vent d'autan périrent noyés).

Elle a été construite en 1754 et a longtemps hébergé une guinguette ; actuellement elle est entièrement dévolue à l'hébergement de cygnes et canards...

Les écluses St Roch :

A l'extrémité est du bassin, 4 écluses successives ont été nécessaires pour compenser une dénivellation de 9,50 mètres. Thomas Jefferson, le troisième président des États-Unis, a dit de cet ensemble qu'il ressemblait au jardin de Versailles !

Sur la rive gauche, dans un bosquet situé à hauteur des sas, se trouvait l'ancienne "couchée", correspondant à l'arrêt du premier soir de la Barque de Poste partie de Toulouse.

En 1680, plusieurs moulins furent construits sur la rive droite pour profiter de la chute d'eau provoquée par ces écluses superposées. Ils ont par la suite été remplacés par une minoterie beaucoup moins esthétique !...

Le cassoulet :

On ne peut évoquer Castelnaudary sans parler de son fameux cassoulet... Le premier fut confectionné avec des fèves pendant la guerre de cent ans en réunissant toutes les réserves disponibles sur la cité.

Les haricots (à l'origine de l'Ariège) ont remplacé les fèves au XVIème siècle. Le nom vient du récipient dans lequel on le fait cuire, la "cassole", réalisée dans la région en terre cuite.

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement