fond-0

 
 

Parc Naturel Régional d'Ariège

Le 46ème Parc Naturel Régional français vient de naître après 10 ans de gestation (il a été officialisé le 28 mai 2009 et inauguré le 25 septembre au col de Péguère), et s'appelle PNR des Pyrénées Ariégeoises. Forte de 4 Parcs Naturels (avec les Grands Causses en Aveyron, les Causses du Quercy dans le Lot et celui du Haut-Languedoc dans le Tarn) Midi-Pyrénées devient la première région française pour sa superficie classée en PNR...

La zone concernée est situé au sud-ouest du département de l'Ariège, limitée à l'est par la rivière Ariège, à l'ouest par la Haute-Garonne et au sud par la frontière avec l'Andorre et l'Espagne.

Ce PNR englobe 40 % de la superficie du département, 43 000 habitants (soit une moyenne de 17 habitants au km2) répartis sur 142 communes, et culmine à 3143 m à la Pique d'Estats...

(Photo : Pyrénées Ariégeoises depuis le col de Port - 1250 m)

Outre la mission commune à tous les parcs naturels (préserver la biodiversité dans une démarche de développement durable, soutenir les porteurs de projets, sensibiliser le public et les habitants à la valorisation et à la sauvegarde du patrimoine), les responsables du PNR ariégeois se sont fixés comme objectifs complémentaires la mise en place d'un plan climat-énergie ou le développement d'une démarche de qualification environnementale...

(Photo : Vallée de Vicedessos et village d'Auzat)

Par ailleurs, le PNR va devoir préserver son patrimoine varié sans le sanctuariser, respecter les équilibres fragiles entre concentration urbaine et désertification rurale, relancer une économie en perte de vitesse ces dernières années, développer un tourisme raisonné, soutenir les activités agricoles ou lutter contre le démantèlement progressif des services publics...

(Photo : Villages de Suc et Sentenac)

Le Parc va également soutenir le réseau de sentiers de randonnées déjà dense dans le secteur, afin d'amener le randonneur à la découverte de la flore et de la faune caractéristiques du milieu concerné : édelweiss, droséra, orchidée ou lys des Pyrénées, isard, mouflons, vautour,...

Sans parler de l'ours, sujet particulièrement sensible dans ces vallées, et de la réintroduction possible du bouquetin qui a disparu de la chaîne depuis plus de vingt ans...

(Photo : Plateau de Beille)

La prise en compte des ressources en eau est également un enjeu majeur, le réchauffement climatique et une demande toujours grandissante en faisant une denrée très précieuse ! Si la glaciation quaternaire a laissé dans les Pyrénées une foule de lacs, beaucoup ont été comblés par les sédiments.

Il faudra donc s'appuyer sur les verrous glaciaires subsistant pour multiplier les plans d'eau, et plusieurs sites possibles ont déjà été repérés. Outre la fonction principale de réserve d'eau ces nouvelles retenues auront un grand rôle à jouer au niveau esthétique, touristique ou biologique...

(Photo : Lac de Goulours)

Ce nouveau parc a une étonnante particularité, unique je pense pour un Parc Naturel français, celle d'être doublement frontalier ! Il est en effet limitrophe de l'Espagne et de l'Andorre...

Mieux même, sur cette limite méridionale il jouxte deux autres parcs naturels : le Parque Natural de l'Alt Pirineu pour la Catalogne espagnole et le Parc Natural des Valls del Coma Pedrosa côté andorran.

De quoi amplifier les échanges qui ont toujours existé en dépit des frontières, dans le cadre de programmes européens, du pastoralisme ou de la création de sentiers de randonnée transfrontaliers...

(Photo : Massif du Pic dels Pessons en Andorre - 2858 m)

La forte compartimention du relief ariégeois lui a permis de conserver ses traditions dans une nature préservée, riche d'histoire et de culture.

Le patrimoine bâti est authentique et diversifié : églises romanes ou fortifiées, villages typiques accrochés à flanc de montagne, châteaux ou demeures, granges foraines, orris (abris de bergers), fontaines,...

(Photo : Château de Miglos)

Certaines des nombreuses manifestations culturelles de ce territoire sont étroitement liées à ses activités économiques . C'est notamment le cas pour les transhumances qui connaissent à chaque printemps un regain d'intérêt.

Dans le Vicdessos, le Haut-Salat, le Couserans,... ces grandes fêtes annuelles du pastoralisme permettent au public d'accompagner bergers et troupeaux (brebis, vaches ou chevaux) vers les pâturages d'altitude...

Ces déplacements vers les estives sont complétés par des démonstrations (tonte, chiens de berger), des spectacles, des marchés de terroir, des repas campagnards,...

(Photo : Troupeau de brebis aux Cabannes)

L'artisanat est resté très présent dans ces vallées souvent reculées : fabrication de santons, de pierres à aiguiser, de vêtements en mohair des Pyrénées, de sabots...

La vallée de Bethmale est célèbre pour ses sabots à longue pointe effilée, richement décorés de cuirs et de clous, autrefois fabriqués par les bergers.

(Photo : Sabots de Bethmale - Musée de Niaux)

La gastronomie locale est également très typée avec ses fromages ou charcuteries de pays et les plats spécifiques tels que mounjetado, azinat, ou millas...

(Photo : Spécialités culinaires ariégeoises)



 

Quelques sites du PNR Pyrénées Ariégeoises

 

(cette rubrique sera enrichie au gré des découvertes futures)

Le sud du PNR est un secteur de haute montagne, avec des sommets aux noms inoubliables (Montcalm, Mont Valier, Pic des Trois Seigneurs,...), accessibles depuis le GR 10 qui parcourt l'ensemble des Pyrénées françaises, et desservis par de nombreux refuges (Estagnous, Araing, Bassiès,...).

L'hiver, diverses stations dispersées sur ce territoire, favorisent le plaisir de la glisse. Soit en ski de piste (Monts d'Olmes, Guzet, Goulier) ou en ski de fond et randonnée nordique (Plateau de Beille, Étang de Lers)...

(Photo : Massif du Pic Rouge de Bassiès - 2676 m)

Dès le début du XIIème siècle, l'Ariège fut une terre d'accueil pour les hérétiques cathares, le peuple ariégeois marquant ainsi son opposition au pouvoir royal. En parallèle, le département est une véritable mine d'églises romanes, souvent très simples, possédant un charme bien particulier.

Beaucoup furent construites par des maçons venus d'Italie, et voyageant vers la Catalogne. Ce qui explique la spécificité de cet art roman soumis à des influences occitanes, catalanes et lombardes...

(Photo : Église romane en vallée d'Ax)

Dans la vallée du Vicdessos, le village de Siguer abrite une splendide maison renaissance, construite en 1485 par le Comte de Foix, et qui aurait servi de relais de chasse à Gaston Phébus.

Les façades aux murs de briques sont égayées par des colombages et des consoles de fenêtres sculptés. Un monument unique en France en milieu rural...

(Photo : Maison renaissance à Siguer)

L'Ariège est aussi le pays des grottes (Niaux, la Vache, Bédeilhac,...), dont beaucoup ont servi d'habitat préhistorique à l'époque Magdalénienne, et conservent de nombreuses peintures ou gravures...

La plus curieuse est sans doute celle du Mas d'Azil, qui fut creusée par l'Arize dans la chaîne du Plantaurel. Elle fut longtemps le refuge de rhinocéros, ours, mammouths et... humains (elle a donné son nom à l'Aziléen).

Son porche d'entrée mesure 80 m de haut sur 70 m de large, et de nos jours c'est la seule cavité en Europe que l'on traverse en voiture sur une distance de 410 mètres...

(Photo : Entrée amont de la Grotte du Mas d'Azil)

De par les trésors archéologiques qu'elles recèlent, les Pyrénées Ariégeoises constituent un haut lieu de l'art préhistorique. Gouffres et grottes fourmillent d'indices qui racontent l'histoire des premiers hommes : empreintes de pas, ossements, armes, outils, bijoux, peintures rupestres.

A proximité de Tarascon sur Ariège, le Parc de la Préhistoire permet d'effectuer une surprenante promenade dans le temps, renvoyant les visiteurs quelques 13 000 annnées en arrière. Dispersés sur 13 hectares, différents ateliers d'animations offrent une approche de la vie au magdalénien...

(Photo : Parc de la Préhistoire : taille du silex)

Plusieurs musées font revivre les métiers d'autrefois, ou décortiquent ce qui fit la richesse industrielle et agricole de l'Ariège : forges, moulins, textile, scieries,... D'autres retracent la rude vie des Ariégeois pendant les derniers siècles dans les vallées reculées.

Tel est le cas du Musée Pyrénéen de Niaux, privé, ouvert en 1982 après avoir passé 5 ans à collecter objets, photos ou récits dans les villages de la Haute-Ariège. Ainsi, de nombreux outils, meubles et ustensiles usuels retracent la vie quotidienne des familles dans le milieu montagnard...

(Photo : Musée Pyrénéen de Niaux)

Ce secteur de hautes montagnes du PNR constitue l'un des châteaux d'eau de la région Midi-Pyrénées, la rivière Ariège venant alimenter la Garonne en amont de Toulouse. De nombreux cours d'eau dévalent de ces Pyrénées Ariégeoises, et plusieurs lacs naturels ou retenues articifielles les constellent.

Cette richesse aquatique, véritable trésor naturel au regard des perspectives délicates affichées pour notre planète en ce XXIème siècle, offre une riche palette d'activités : pêche sportive, sports d'eau vive, ou thermalisme (Aulus les Bains)...

(Photo : Torrent de Siguer)

(Possibilité de laisser un commentaire, rubrique "Nouveautés sur le site")




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement