fond-0

 
 

Au pays des Dentelles

Non, cet article ne va avoir aucun rapport avec les dentelières bigoudènes, car les Dentelles dont il va être question ici ont bien l'accent provençal ! Il va s'agir de celles de Montmirail, arêtes rocheuses finement ciselées, qui se dressent au-dessus de la garrigue s'étendant entre le Rhône et le Mont-Ventoux...

Notre circuit de découverte commence par l'est au petit village de Lafare (c'est celui que l'on aperçoit en bas de la photo précédente - 99 habitants), alors que les premiers rayons de soleil automnal caressent à peine pinèdes et rochers. Ses maisons desservies par des venelles pentues sont dominées par le clocher carré de son église Saint-Christophe...

Une route sinueuse serpentant au milieu de la garrigue monte à La Roque d'Alric (54 habitants), dont les maisons aux façades ocrées s'adossent à un rocher isolé. Du belvédère de l'église, on a un superbe panorama sur les Dentelles de Montmirail qui servent de toile de fond permanente à cet extraordinaire "nid d'aigle"...

De retour dans la vallée, la route offre par endroits de belles vues sur d'agrébles paysages où rochers, garrigue et vignes se disputent l'espace. En gagnant un peu d'altitude et en changeant d'orientation on comprend mieux la disposition et l'articulation des différentes barres de dentelles qui hérissent un secteur moins accessible...

Occupant également une crête, le village de Suzette (130 habitants - 410 m d'altitude) offre ainsi un formidable balcon sur les arêtes rocheuses. Ses maisons en pierre constituent une belle harmonie architecturale, alors que sa petite église romane s'accroche au rebord de la pente et surplombe les terrasses de vignes...

Le trajet se poursuit à l'intérieur du cirque de Saint-Amand en direction du col de la Chaîne (472 mètres), qui offre également un très beau panorama sur la partie occidentale des dentelles, et sur le village de Suzette que l'on vient de quitter. La route descend alors à Malaucène, ville étape au pied du Mont-Ventoux...

Nous nous trouvons maintenant au nord du secteur des dentelles, alors que se profile un nouveau village perché : celui de Crestet (441 habitants). Il est très agréable de déambuler dans les ruelles caladées de ce pittoresque bourg médiéval, dominé par son château du XIIème siècle qui abrita les évêques de Vaison lorsqu'ils étaient en conflit avec les Comtes de Toulouse...

Et en parlant de Vaison la Romaine, nous y voici ! La partie haute est occupée par la cité médiévale entourée d'une enceinte du XIVème s. Par contre c'est dans la plaine que fut construite à la fin du XVème s la cathédrale gothique Notre-Dame, à proximité de l'Ouvèze dont les flots en furie firent en 1992 de nombreuses victimes et d'importants dégâts. La rivière est enjambée par un pont romain à arche unique, et certains se souviendront avec émotion de ces caravanes qui venaient s'y fracasser lors de la crue évoquée précédemment...

Capitale des Voconces, Vaison bénéficia lors de la conquête romaine d'un statut privilégié qui favorisa son développement. Il reste de cette époque florissante de nombreux sites, répartis sur une quinzaine d'hectares dans les quartiers de la Villasse et de Puymin, dégagés au début du XXème siècle : maison de l'Apollon Lauré, portique de Pompée, ensemble thermal, théâtre pouvant accueillir 7000 spectateurs...

Pour qui aime comme Bécaud les "marchés de Provence", c'est le mardi matin qu'il faut venir à Vaison ! Places et rues du coeur de la ville basse sont alors prises d'assaut par quelques 450 exposants, au milieu desquels il est difficile de se frayer un chemin. Ce marché de tradition encestrale remonte à 1483, autorisé par une bulle du pape Sixte IV...

Nous quittons le nord des Dentelles pour "redescendre" sur leur frange ouest, avec comme première étape l'un des "plus beaux villages de France" de la région : Séguret (912 habitants). Disposé en arc de cercle au pied d'une colline rocheuse surmontée des ruines du château-fort du XIIIème siècle, le bourg offre une ambiance typiquement provençale...

Depuis les terrasses du village, on devine celui qui constituera notre prochaine halte, posé dans la plaine au milieu du vignoble : Sablet (1304 habitants). Ses pittoresques ruelles qui s'enroulent autour de l'Eglise Saint-Nazaire du XIIème siècle permettent de découvrir ses principales curiosités : remparts, tours, lavoir, fontaines, passages couverts,...

C'est d'ailleurs aux portes de ce village que je vous propose de faire une halte dans la cour ombragée d'un ancien mas (les Abeilles) pour notre repas de midi. Sur la carte alléchante j'ai retenu pour vous un carpaccio de saumon bio au vinaigre de sureau, suivi d'une épaule d'agneau de la région cuite dans son jus...

C'est dans les charmantes rues étagées du village voisin de Gigondas (656 habitants) que nous irons digérer, délaissant ainsi les tables accueillantes des charmantes placettes que nous ne ferons que traverser ! Le nom est originaire de l'époque romaine, où "Jocunditas" signifiait joie ou allégresse...

Je suppose que le nom de Gigondas a sonné agréablement aux oreilles des amateurs de ce célèbre cru dont la réputation a largement dépassé nos frontières ! C'est à la suite des terribles gelées de 1929 et 1956 ayant détruit les oliviers centenaires que la région s'est orientée vers la monoculture de la vigne ; l'appellation d'origine Gigondas a été obtenue en 1971...

Gigondas se trouve au pied même des Dentelles de Montmirail qui constituent notre fil rouge du jour, et c'est au col du Cayron situé juste au-dessus du village qu'il faut se rendre pour découvrir ces curieuses barres rocheuses effilées. Un sentier montant dans la garrigue permet d'atteindre les Dentelles Sarrazines, qui culminent à 627 m au Rocher du Turc, et d'apercevoir à l'opposé les Dentelles du Clapis...

La région des Dentelles est située à l'Ouest du célèbre Mont-Ventoux (1910 m), et le "Géant de Provence" est toujours à portée de vue où que l'on soit dans le Vaucluse. Il présente des visages différents selon qu'il est à contrejour depuis les terrasses de Suzette ou surmonté d'un nuage échappé d'un épisode orageux concernant les Alpes voisines...

De nombreux chemins de randonnée permettent de parcourir ce magnifique secteur, ou d'atteindre les voies d'escalade nombreuses sur ces falaises escarpées. La table d'orientation installée au Rocher du Midi offre de belles perspectives sur les "vagues" de dentelles les plus proches, ainsi que sur la plaine viticole et les villages que l'on vient de découvrir...

Après avoir emprunté la piste qui passe au coeur des Dentelles, nous atteignons un nouveau village viticole également célèbre pour ses vins AOC de Côtes du Rhône : Vacqueyras. Ses belles maisons anciennes disposées selon un plan circulaire sont dominées par l'élégant clocher surmontant une tour de garde du XIIème siècle...

Sur la gauche de la route se dresse la chapelle de Notre-Dame d'Aubune, dont le clocher est un joyau de l'art roman du IXème siècle et le prieuré classé monument historique. La colline qui la domine est percée de nombreuses "baumes", grottes qui ont donné leur nom au village constituant notre dernière étape du jour, et ayant servi jadis d'abri à de nombreux habitants...

Nous voici donc à Beaumes de Venise, bourgade implantée au sud des Dentelles qui lui servent de protection naturelle contre les rafales du mistral. Des escaliers conduisent à la grande église paroissiale du XVIème siècle, et aux ruines du château féodal du XIIème s...

Et quoi de mieux après avoir arpenté les ruelles du village que d'aller déguster (avec modération bien sûr) un petit Muscat au caveau de dégustation de la localité ! Sa réputation n'est plus à faire, et il se décline en plusieurs versions variant arômes et puissance : tradition, bois doré, ambré,...




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement