fond-0

 
 

MINERVE, canyons et catharisme...

Le village perché de Minerve (111 habitants) est situé au sud de la Montagne Noire, à l'ouest du département de l'Hérault.

Appartenant aux "plus beaux villages de France", il fut créé au IXème siècle par le Vicomte de Minerve sur ce plateau isolé en raison de la protection naturelle offerte par ce site particulièrement escarpé.

Le village occupe la totalité d'un petit promontoire rocheux isolé du Causse par les gorges de 2 petits cours d'eau intermittents : la Cesse et le Brian. La photo montre l'endroit de leur confluence ; l'eau y est abondante car nous sommes là après un épisode pluvieux important.

L'unique accès au village se fait par le pont que l'on devine à gauche. Seules sont autorisées dans le bourg les automobiles des autochtones. Le Causse alentour est couvert de vignes ou par la garrigue.

Au centre du village, accessible par un labyrinthe de ruelles pavées ou en escaliers, l'église Saint-Étienne est mentionnée depuis l'année 828, puis remaniée au XI° et XII° s.

A l'intérieur, un des autels roman dont la table en marbre blanc est datée de l'an 456, est considéré en France comme l'un des vestiges religieux les plus anciens.

Ce village fut un haut lieu du catharisme : en 1209, après le sac de Béziers, tous les "hérétiques" s'y réfugient, et résistèrent pendant 7 semaines au siège mis en place par les troupes de Simon de Montfort.

C'est le manque d'eau, le 22 juillet 1210, qui obligea les "parfaits" à se rendre. Tous (140 à 180) refusèrent de renier de leur religion et furent brûlés vifs. Cette stèle a été érigée à leur mémoire, à l'emplacement du bûcher.

Cette stèle, très sobre, a été sculptée par J. Luc Séverac pour en faire un monument de la paix. Il explique :

"Le catharisme représentait la lumière, le soleil et la paix ; voilà pourquoi j'ai fait une colombe de lumière...".

Inscription : "aux cathares - 1210".

La "Candela", colonne octogonale avec amorce de deux corniches qui supportaient les étages, est l'un des rares restes du château construit au XIII° s après la croisade contre les Albigeois.

En effet, le pouvoir monarchique a fait détruire systématiquement les châteaux actifs pendant les guerres de religion pour annihiler les derniers contre-pouvoirs seigneuriaux. C'est Louis XIII qui a fait démonter le château de Minerve.

Après la colonne, le sentier de découverte descend dans le lit du Brian. Pour ce faire, il emprunte une vire rocheuse naturelle qui contourne le village par l'est.

Ce chemin en corniche domine le cours d'eau et s'enfonce dans ses gorges. L'un des chiens du village est là pour servir de guide. Fait-il cela avec les 300 000 visiteurs annuels ???

En se retournant, on a une idée du système de défense naturel du village, renforcé par les murs extérieurs aveugles des maisons qui servent de remparts.

Afin de vaincre les cathares, Simon de Monfort choisit donc de les priver d'eau potable en s'attaquant au puits unique qui les alimentait, d'autant plus qu'en été les 2 cours d'eau étaient à sec.

La balade se poursuit en montant sur la rive opposée de la gorge du Brian. Pour cela, une petite passerelle surélevée permet de traverser le ruisseau, quand il y a de l'eau...

Un escalier permet ensuite de franchir le rebord de la falaise en surplomb, avant de rattraper un sentier taillé dans le rocher.

 

Sur la rive opposée, une copie de catapulte médiévale a été installée afin de commémorer le siège de Minerve pendant la croisade contre les Albigeois.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, elle n'a pas servi à propulser des pierres, mais des cadavres d'animaux pour polluer l'unique puits qui fournissait l'eau potable aux assiégés !

Vue d'ensemble de la gorge du Brian au niveau du village de Minerve. Le bourg resserre ses vieilles maisons autour de son église, et l'on aperçoit au premier plan à gauche un reste de mur de rempart (enceinte sud).

Le puits (appelé Saint-Rustique) se trouvait à la verticale de ces fortifications, en bordure du ruisseau.

Voici maintenant la partie sud-ouest du village, baignée par les eaux de la Cesse, qui reçoit celles du Brian. On aperçoit le cheminement rocheux qui contourne le bourg.

Sur la gauche, la porte basse entourée de quelques fortifications. En face, sur l'autre rive, les aires de stationnement aménagées pour accueillir les visiteurs et plus que saturées en saison : un nouveau parc a été réalisé sur l'autre rive.

Après avoir retraversé le Brian par la passerelle présentée précédemment (le gué sur la Cesse étant impraticable en raison du niveau de l'eau) nous continuons le contournement de Minerve par le bas.

Le cheminement s'effectue à nouveau sur une vire rocheuse, creusée il y a très longtemps par l'eau de la rivière et aménagée au début de l'époque médiévale (le chemin couvert).

La porte basse : cet accès au village s'effectue par une côte pavée, qui était protégée par une tour semi circulaire du XIII° s : la tour de la prison.

Une ruelle caladée, ou plus simplement une calade, est une rue pavée de galets ou de pierres. Elles sont nombreuses dans les villages médiévaux.

Le chemin remonte vers le centre du village, en passant sous le pont qui permet d'accéder à Minerve, sous les arches duquel on aperçoit la "Candéla", restes du fort médiéval.

Sur la gauche on devine une autre curiosité, d'ordre géologique, du secteur : une arche d'un des ponts naturels qui ponctuent le lit de la Cesse.

Dans les proches environs du village, la Cesse a creusé 2 ponts naturels (de plus de 100 mètres de long) dans la roche tendre des falaises. Voici la partie aval de celui qui ressort juste en face du bourg.

Quand le cours d'eau est à sec, un sentier de randonnée les relie et permet de passer à l'intérieur. Nous y reviendrons...

Comme tous les villages très touristiques, de nombreuses maisons sont occupées en saison par des magasins de souvenirs ou des échoppes d'artisans.

Outre les "caves" installées dans Minerve par certains domaines du Minervois, potiers, peintres sculpteurs, photographes, artisans divers participent l'été à l'animation du bourg.

Voilà, nous allons interrompre ici notre visite de Minerve sur cette vue qui illustre bien je trouve les villages du sud : ciel bleu, pierres sèches patinées par le temps, rochers, végétation méditerranéenne...

Dans les proches environs de Minerve...

Lors de la visite de Minerve, une photo précédente présente le débouché (sous le pont d'accès au village) du premier pont naturel creusé par la rivière la Cesse.

Voici maintenant l'entrée de ce tunnel naturel (le "Grand Pont", long de 200 mètres), à l'ouest du village, qui s'ouvre par une baie circulaire de 40 m de haut.

Quelques hectomètres en amont, la Cesse traverse le "Petit Pont", long de 110 mètres et son porche de sortie de 30 mètres de hauteur.

Au cours de la dernière période de l'ère quaternaire (-70 000 à -15 000 ans) ces galeries souterraines ont été creusées par érosion de la rivière et agrandies par éboulements des voûtes.

En saison sèche, on peut parcourir ces 2 tunnels à pied sur un lit de galets, les eaux de la Cesse disparaissant en amont dans un réseau souterrain.

Photo : l'entrée amont du "Grand Pont".

Les gorges de la Cesse : en amont de Minerve, au-delà des 2 ponts naturels, les eaux de la rivière ont creusé la vallée en canyon.

Elles ont également, depuis le début de l'ère quaternaire, agrandi les grottes existantes et creusé de nouvelles. En été les eaux s'infiltrent sur une longueur de 20 km.

Aux environs de Minerve, s'étend la garrigue : vaste étendue de landes implantées sur un sol pierreux et calcaire.

Les plantes qui s'y développent supportent la sècheresse ; chênes verts ou kermès, buis, genêts, épineux, thym, romarin,...

Au coeur de cette garrigue, de nombreuses traces archéologiques de chasseurs préhistoriques (-30 000 ans) attestent de la présence humaine.

Des pasteurs de la période néolithique et de l'âge du cuivre (-2500 à -1800 ans) construisirent de nombreux dolmens dans le secteur.

Ces dolmens, construits avec la pierre caractéristique du minervois, sont entourés de nombreuses pierres éparpillées.

Dans cette région, les nombreux abris sous-roches, les grottes fermées par des murs, les capitelles, les abris en pierres sèches ont traversé les siècles, utilisés et entretenus par les bergers qui se sont succédé sur ces terres désolées.

De nombreuses collines environnant Minerve abritent des parcelles pierreuses plantées de vignes, produisant les cuvées du Minervois.

Ce vignoble implanté entre la Montagne Noire et le Canal du Midi produit des vins typés, en raison de la nature des sols ainsi que des influences conjointes atlantiques et méditerranéennes...




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement