fond-0

 
 

Le Sidobre, plateau granitique tarnais

1 : dans le secteur du Lignon

Le Sidobre :

Le plateau du Sidobre est intégré dans le parc Naturel du Haut Languedoc, à l'est de Castres, à une altitude moyenne de 600 mètres environ. Sa particularité est d'être né d'un bouleversement géologique, il y a quelques 300 millions d'années (environ) !...

Formé à la suite du refroidissement du magma, et combiné au travail d'érosion, le granite qui compose ce sous-sol a donné naissance à des rochers aux formes originales. Longtemps région déshéritée, ce Sidobre secret aux particularités géologiques étranges a été source de légendes et de mystères...

Le Lac du Merle :

Le Lignon (de l'occitan "lenha", rivière des bois) est le seul ruisseau permanent à parcourir cette spectaculaire étendue minérale, unique en Europe par sa taille. Aussi, son eau est-elle précieuse.

Cela n'a pas échappé à ce riche propriétaire, qui, à la fin du XIX ème siècle (en 1875), a construit un petit barrage sur le cours d'eau pour réaliser une retenue respirant le calme et la beauté.

Toujours propriété privée, c'est sans doute l'endroit du Sidobre le plus fréquenté, notamment au moment des chaleurs, décuplées dans ce secteur par le rayonnement des roches...

Le Lac du Merle :

Sur sa rive gauche, la forêt plonge directement dans l'eau ; c'est donc entre la route et le lac en rive droite qu'ont été aménagées aires de stationnement et de pique-nique.

Réflétant son très joli cadre de verdure, la surface du lac est parsemée de nombreux affleurements de rochers. Les roseaux profitent de la faible profondeur pour se développer en masse, et au printemps les nénuphars colonisent le plan d'eau.

Le chaos de la Resse :

En suivant le lit du Lignon, à travers bois et tourbières, on atteint au bout d'un kilomètre environ un vallon entièrement empli de rochers de toutes tailles et de toutes formes : le chaos de la Resse.

Dans le Sidobre, on appelle chaos un amoncellement de boules granitiques accumulées par le travail de l'érosion, et s'étirant sur plusieurs centaines de mètres. Autrement dit, une rivière de rochers...

Le chaos de la Resse :

Avec le temps, les blocs rocheux se sont coincés les uns contre les autres et, en prenant toutefois un minimum de précautions, on peut se déplacer sur sa surface. Parfois même, on peut se glisser entre des rochers qui forment une petite grotte, appelée "balme" dans la région.

Quant au ruisseau, il continue son parcours et coule sous les pierres, charriant le sable granitique issu de la lente décomposition de la roche. En se promenant sur le chaos, on peut entendre couler ou cascader le Lignon, grâce au son amplifié par les cavités qu'il traverse...

La Peyro Clabado :

A la sortie du chaos, le Lignon poursuit à travers blocs et bois sa course de petit ruisseau tranquille. A l'approche d'un dôme pompeusement baptisé "Pic" (ceux des Alpes ou des Pyrénées doivent bien rigoler !...), il modifie sa trajectoire à angle droit pour descendre vers l'Agout.

C'est justement sur ce Pic des Fourches que se trouve la curiosité emblématique du Sidobre : la Peyro Clabado. Environné de toutes parts par des ateliers de granit, ce monstrueux rocher défie depuis plusieurs siècles toutes les lois de l'équilibre...

La Peyro Clabado :

Cet énorme "caillou" de 780 tonnes tient en équilibre sur un autre rocher beaucoup plus petit, leur surface commune n'excédant pas 1 m² !...

Ce symbole de la région granitique a été classé monument historique en 1912, afin de le protéger des granitiers qui auraient bien voulu lui réserver un mauvais sort en le débitant en plaques... sans doute tombales !...

La coutume veut qu'en passant à proximité, on jette une pierre sur son dôme. Si elle y reste, les célibataires ne le seront plus avant la fin de l'année ; quant aux autres, ils peuvent toujours exprimer un voeu !...

La croix des Carriers :

Dans le prolongement de la Peyro Clabado (traduction de l'occitan : "la pierre clouée"), on trouve une esplanade située en balcon sur la vallée de l'Agout et le village de Lacrouzette, "capitale" du Sidobre. Il y a été élevé une pyramide de boules granitiques rappelant de loin et dans le brouillard la forme des temples mayas...

Sa terrasse supérieure a été dotée d'une table d'orientation (dois-je préciser qu'elle est en granit ?...) qui permet de bénéficier d'un large panorama sur la plaine tarnaise et les rebords du plateau.

A la proue de ce dernier, la haute croix des Carriers marque l'emplacement du Pic des Fourches...

Un ancien atelier de granitier :

En contournant la Peyro Clabado, le sentier traverse des petites carrières abandonnées, et l'on accède à un ancien atelier. Ces derniers étaient jadis implantés à proximité de l'endroit où les carriers extrayaient la roche afin de limiter les déplacements : en effet, 1 m³ de granit pèse près de 3 tonnes !

Construite avec des rebuts d'extraction, cette cabane sommaire aux poutres de châtaignier et couverte de tuiles (pour les plus riches) ou de genêts abritait une forge avec laquelle l'artisan façonnait et entretenait ses divers outils : burins, poinçons, coins en acier, masses, etc...

Un atelier de granitier :

Tout à côté de cet ancien atelier se trouve le repaire d'un des plus célèbres sculpteurs de granit de la région : Jean Cros. C'est lui qui, avec l'aide de ses 3 fils, réalisa ce sphinx qui décora en 1972 l'entrée de la première foire-exposition des granitiers à Castres.

Il fut construit à base de granit noir pour rendre hommage aux Égyptiens qui initièrent les techniques de taille de pierre. Exposé pendant plus de trois décennies à tous vents et à portée de tous, il a souffert du passage de gens peu scrupuleux qui ont trouvé dans cette oeuvre une source de souvenirs à très bas prix !...

Le Rocher Tremblant :

Le rocher de Sept Faux : un énorme bloc de 900 tonnes (9 mètres sur 3 - 7 m de hauteur) posé en équilibre sur un second servant de socle, une chaîne et un cadenas pour les relier (sans doute pour que la "racaille" ne les vole pas...) et un levier en bois pour les ébranler après quelques appuis très doux : nous sommes au "Rocher Tremblant", autre endroit symbolique du Sidobre...

Le Saut de la truite :

Avant de rejoindre l'Agout, le Lignon effectue une chute de 25 mètres, au Saut de la Truite (nom donné en raison de la forme d'un rocher situé à proximité de la cascade. Cet endroit marque à l'ouest le rebord inférieur du plateau du Sidobre, où le granit va céder la place au schiste...

Le granit :

Le granit est une roche composée de 3 éléments : mica, quartz, feldspath. Un bloc d'1 m³ pèse environ 3 tonnes. Il est exploité dans des carrières à ciel ouvert.

Dans le Sidobre, on en extrait en moyenne 150 000 tonnes par an, ce qui représente la moitié de la production française ; quelques 250 entreprises y emploient 2 300 personnes.

 

2 : sur le plateau de Crémaussel

(à venir...)

 

 




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement